Les Scieries en Haute Vallée

Les Autres Pages du Site

Les Rues et Boulevards 1

Les Rues et Boulevards 2

Les Rues et Boulevards 3

Les Rues et Boulevards 4

La Pierre Lys 1

La Pierre Lys 2

La Pierre Lys 3

Le Chemin de Fer

Route et Accès

Le Hameau de Laval (En Cours)

Belvianes, Ginoles, Laval

Autres Villages

Les Bords de l'Aude

Le Chalet de Carach

Monuments et autres sites 1

Monuments et autres sites 2

La Vie des Quillanais 1

La Vie des Quillanais 2

La Vie des Quillanais 3

L'Arrivée de l'Electricité

Les Métiers de la Forêt

Les Scieries

La 2 ème transformation du bois

La Chapellerie

Les Ateliers de la  Chapellerie

Autres Métiers 1

Autres Métiers 2

L'Electricité

Pêle-Mêle

Les Scieries

 

L’invention de la scie à main est attribuée à un architecte grec, aux environs de 1 200 ans avant Jésus-Christ, qui eut l’idée de reproduire dans du fer la denture de la mâchoire de requin dont il se servait pour scier des pièces de bois.

 

Sautons donc quelques siècles et  retrouvons-nous dans  la vallée de l’Aude.

Après les Scieurs de Long,  les premières scieries mécanique apparaissent vers la fin du XIXe. début du XXe sous la forme de scies battantes à lames droites, scies circulaires et scies à ruban.

 

Les premières scies mécaniques étaient entrainées par des moteurs hydrauliques, les scieries étaient ainsi traditionnellement situées à proximité des cours d’eau.

Les Scieries de Quillan.

Maleureusement, certaines manquent notamment La Scierie Olard, avec sa magnifique charpente, si quelqu’un…..

Scierie Pons

Ouvriers de scierie à Quillan, on remarque le compas, passe partout et les lames de scie

Scierie Nicoleau

Scierie de la Forge, puis Scierie Calmet

Préparation des grumes et billons pour expédition par train

Aux alentours de 1920, des hommes de nationalité américaine aux dires de certains; des français surnommés “les américains “ après un séjour aux Amériques, d’après d’autres, auraient créés la Société des grumes et sciages sur un vaste terrain de sport sur lequel avait évolué l’aviateur Védrines en 1912.

 

Ces ‘américains’ exploitèrent la totalité de la forêt de Nébias appartenant au domaine de l’Etat.

 

A l’époque ‘des chapeaux’, M. Borione, financier propriétaire de tanneries à Paris, y créa la manufacture de chapeaux Suppless, rachetée plus tard par un chapelier belge, le Sénateur Classens, puis par M. Jean-Denis Mauhin qui, lors de la grande crise de la chapellerie, la reconvertit dans la chaussure et la vendit à la famille Riu-Sarda.de célèbres chaussures Myris .

 

M. Charles Bergeron, exploita durant un certain temps son commerce de bois, dans une partie de la Scierie des Américains

Scierie du Laminoir à Belvianes

Axat  autre commune où se concentrait l’activité sylvicole

Pratiquement chaque village avait sa scierie, le bois avait localement une importance capitale, mais ça, c’était avant.

 

Aujourd’hui la plupart des scieries locales ont disparu, et le bois de nos forêt se retrouve en Espagne quand ce n’est pas en Chine pour être transformé; belle évolution